Previous Page  17-18 / 59 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 17-18 / 59 Next Page
Page Background

| DOSSIER |

LA FORMATION : S’ADAPTER AU CHANGEMENT, FAIRE

ÉVOLUER SON ORGANISATION

Entretien d’évaluation et

entretien professionnel :

des objectifs différents

Le premier porte sur l’évaluation du travail et la fixation

d’objectifs. Le second vise à identifier les besoins en

formation d’un salarié. L’un est obligatoire, l’autre pas.

L’entretien d’évaluation et l’entretien professionnel sont

deux temps d’échange très différents. Le point avec

Sandrine Favre, responsable de l’agence de Blois du

Cabinet PROPULSE.

Dresser un bilan et fixer des objectifs

L’

entretien d’évaluation

est avant tout un dialogue entre deux personnes : un collabora-

teur et son supérieur hiérarchique. C’est un moyen de communication qui permet d’évoquer

des problématiques et de les résoudre. L’objectif est de dresser chaque année un bilan de la

période écoulée, de définir des perspectives d’évolution pour la période à venir et de rendre

le collaborateur et l’entreprise plus performants. C’est aussi un instrument de régulation

qui aide à établir un contrat clair de résultat, de performance et de relation à venir. Outil

de gestion prévisionnel en matière de ressources humaines et de management, l’entretien

d’évaluation est mené en général par le n+1. La DRH et la Direction décident ensemble de

la finalité de l’entretien, du timing, des règles du jeu, du type de document qui formalisera

ce qui va être dit pendant l’entretien. Le code du travail ne contient aucune disposition

imposant à l’employeur d’organiser des entretiens d’évaluation. Toutes les entreprises ne le

mettent pas en place. Les TPE-PME le font rarement. En revanche, certains accords collec-

tifs ou conventions peuvent définir des règles relatives à l’organisation d’entretiens annuels

d’évaluation auquel l’employeur doit se référer.

Identifier les besoins en formation d’un salarié

Contrairement à l’entretien d’évaluation,

l’entretien professionnel

ne porte pas sur

l’évaluation du travail ou la fixation d’objectifs. Il vise à identifier les besoins en formation

d’un salarié, à l’accompagner dans une volonté d’évolution, de projet professionnel en

interne. Il est réellement centré sur le développement de l’employabilité du salarié. Les

exigences stratégiques de l’entreprise - plan de formation, identification des besoins en

compétences - sont bien évidemment prises en compte. Il s’agit d’un process d’évolution

des compétences du salarié et de l’entreprise.

Autre différence, l’entretien professionnel est obligatoire. L’article L. 6315-1 du Code du

travail, modifié par la loi du 5 mars 2014 l’impose à tous les salariés, qu’elle que soit la

taille de l’entreprise. Il est mené par le n+1, le n+2 ou directement par un responsable des

| DOSSIER |

LA FORMATION : S’ADAPTER AU CHANGEMENT, FAIRE

ÉVOLUER SON ORGANISATION

Data-dock : l’outil d’aide au

référencement des organismes

de formation (OF)

La loi du 5 mars 2014 impose à tous les financeurs

de la formation professionnelle de contrôler la qualité

des organismes de formation (OF) avec lesquels ils tra-

vaillent. Afin de vérifier le respect par les OF des cri-

tères définis par la loi, les vingt organismes paritaires

collecteurs agrées (OPCA) ont conçu Data-dock : une

base de données qui simplifie les démarches pour se

faire référencer dans les catalogues de formation des

financeurs. Précisions avec Florence Besse, chargée

d’affaires au Cabinet PROPULSE.

Depuis le mois de janvier 2017, pour être financée, une formation doit être réalisée par un

organisme inscrit dans le catalogue de référencement d’un financeur. Un décret de 2015

établit 6 critères auxquels les organismes de formation (OF) doivent se conformer s’ils

veulent être référencés (cf. encadré). Pour simplifier la tâche des OF, les OPCA ont décliné

ces critères en 21 indicateurs de qualité précis, faciles à comprendre et à renseigner. Ils

se présentent sous la forme de questions simples : avec-vous un programme détaillé de

votre offre ? Disposez-vous de procédures d’admission et dévaluation ? Etc. Les OPCA ont

ensuite déterminé les éléments de preuves à fournir pour chaque indicateur, c’est-à-dire

les pièces justificatives à transmettre. Ils ont enfin développé un outil commun de partage

d’informations : Data-dock. Cette base de données accessible sur

www.data-dock.fr

per-

met aux OF de répondre en ligne aux différentes questions et de déposer directement les

preuves. Par exemple, si l’organisme répond “oui” à la question “Avez-vous un programme

détaillé de votre offre ?”, il doit déposer un exemple de catalogue présentant ses formations

ou renvoyer vers un site internet. Autre exemple, pour prouver la qualification professionnelle

de son personnel en charge des formations, l’OF doit donner un accès à leurs CV.

ressources humaines.

L’entretien professionnel a lieu tous les 2 ans. Il est également

systématiquement proposé au salarié qui reprend son activité à

l’issue d’un congé maternité, congé parental, sabbatique, longue

maladie… et donne lieu à une formalisation écrite dont une

copie est remise au salarié.

Tous les 6 ans, un état des lieux du parcours professionnel

du salarié est fait. Il est lui aussi obligatoire et formalisé par

écrit. Objectif : contrôler que le collaborateur a bien bénéficié

d’un entretien professionnel tous les 2 ans et d’au moins une

action de formation, une certification par la formation (ou par la

validation des acquis) ou une progression salariale (évolution de

salaire ou d’indice) ou professionnelle (évolution dans le poste

ou élargissement des missions) durant cette période. Si tel n’est

pas le cas, l’entreprise peut être sanctionnée par l’inspection du

travail ou la direction de la formation professionnelle.

Sandrine FAVRE, responsable de l’agence de Blois

du Cabinet PROPULSE

Florence BESSE, chargée d’affaires

au Cabinet PROPULSE

Un gage de crédibilité pour les orga-

nismes de formation

Les éléments renseignés sont ensuite visibles par l’ensemble

des financeurs. Dès que l’un d’entre eux déclare que l’orga-

nisme est conforme, l’information est transmise directement aux

autres financeurs qui n’ont pas besoin de vérifier à nouveau

la conformité. Chaque financeur peut ensuite choisir les orga-

nismes de formation avec lesquels ils souhaitent collaborer et

les intégrer dans son catalogue de référencement. Les objec-

tifs sont multiples. Ils permettent d’améliorer la transparence de

l’offre, de favoriser la qualité des actions de formation, d’inciter

les prestataires à donner davantage d’informations utiles aux fi-

nanceurs et aux bénéficiaires et d’accroître l’adaptation de l’offre

aux besoins du public à former.

LES SIX CRITÈRES D’ÉVALUATION

DU DÉCRET DU 30 JUIN 2015

identification précise des objectifs de la formation et

adaptation au public formé

adaptation des dispositifs d’accueil, de suivi pédago-

gique et d’évaluation aux publics de stagiaires

adéquation des moyens pédagogiques, techniques

et d’encadrement à l’offre de formation

qualification professionnelle et formation continue

des personnes chargées des formations

conditions d’information du public sur l’offre de

formation, ses délais d’accès et les résultats obtenus

prise en compte des appréciations rendues par les

stagiaires

17

18